NASH

NASH

La NASH est une maladie hépatique chronique et évolutive fréquente correspondant à une aggravation de la stéatose hépatique non alcoolique, ou NAFLD.

La stéatohépatite non alcoolique (NASH) est une maladie hépatique chronique et évolutive fréquente correspondant à une aggravation de la stéatose hépatique non alcoolique, ou NAFLD. La NASH possède quatre composantes :

La première composante est métabolique. La NASH apparaît de plus en plus comme étant l’expression hépatique d’un syndrome métabolique et d’une sensibilité à l’insuline, fréquemment associée à l’obésité, à la résistance à l’insuline et au diabète de type 2.

La deuxième composante est une accumulation excessive de graisse au niveau du foie, appelée stéatose, non associée à une consommation excessive d’alcool. La stéatose est un dysfonctionnement métabolique qui survient lorsque la capacité des cellules hépatiques à métaboliser les acides gras est dépassée, entraînant la fabrication de graisse par l’organisme (lipogenèse).

La troisième composante est l’inflammation chronique et la mort des cellules hépatiques dues à la stéatose, mise en évidence histologiquement par un ballonnement des hépatocytes nécrotiques.

La quatrième composante correspond à une évolution de l’inflammation et du ballonnement conduisant à une fibrose progressive, et à terme à une cirrhose hépatique due à la production de cellules stellaires, de fibroblastes et de protéines associées, telles que le collagène et la fibronectine.

Le diagnostic de la NASH repose sur une biopsie du foie confirmant la présence de stéatose, d’inflammation, de ballonnement des hépatocytes et de fibrose.

La prévalence globale de la NASH parmi la population adulte aux États-Unis est estimée à environ 12%. Cependant, étant donné la prévalence des facteurs de risque de la maladie que sont le diabète de type 2 et l’obésité, et la nécessité de recourir à une biopsie pour diagnostiquer la NASH, nous pensons que la maladie pourrait être sous-diagnostiquée. D’ici 2020, la NASH devrait devenir une des causes principales de transplantation hépatique aux États-Unis.

Par ailleurs, la NASH est désormais considérée comme étant la cause principale et en rapide augmentation du carcinome hépatocellulaire, ou cancer primitif du foie. En effet, celui-ci apparaît avant le stade de cirrhose chez jusqu’à 40% des patients atteints de NASH. Plus de 20% des patients atteints de NASH développent une cirrhose dans les 10 années après leur diagnostic et, comparé à la population générale, ces patients sont exposés à un risque 10 fois plus élevé de mortalité liée à une maladie hépatique.

Il n’existe actuellement aucun traitement autorisé pour le traitement de la NASH. Cliquez ici pour consulter le site Internet panNASH

La prévalence globale de la NASH parmi la population adulte aux États-Unis est estimée à environ 12%.

D’ici 2020, la NASH devrait devenir une des causes principales de transplantation hépatique aux États-Unis.

Lanifibranor est actuellement en cours d’évaluation dans une étude clinique de Phase IIb.

Inventiva soutient le NASH Education Programme destiné à informer et à sensibiliser les personnes sur cette maladie.

FAQ

La biopsie du foie est une procédure effectuée sous anesthésie locale dans un hôpital ou un centre de soins ambulatoires. La procédure complète prend quelques minutes et elle est généralement considérée comme étant sans danger. Une petite incision est pratiquée dans la partie supérieure de l’abdomen et une aiguille fine est introduite dans le foie pour prélever une petite quantité de tissu hépatique. Le patient est gardé en observation pendant deux heures après la procédure, et il peut ensuite rentrer chez lui. L’échantillon de foie est analysé dans un laboratoire pour rechercher d’éventuelles modifications de l’aspect du tissu typique de la NASH. Les spécialistes recherchent des signes de stéatose, d’inflammation, de lésions des cellules hépatiques, de fibrose, et de remodelage de l’architecture hépatique qui permettront de déterminer le stade et la gravité de la maladie.

Il n’existe actuellement aucune procédure non invasive permettant de diagnostiquer la NASH de manière fiable.

Currently, there are no non-invasive tests available for a reliable diagnosis.

La NASH étant une maladie silencieuse et de nombreux patients ne savent pas qu’ils en sont atteints. Ils ne ressentent aucune douleur, et leurs taux d’enzymes hépatiques ne sont pas nécessairement anormaux. Par conséquent, l’AASLD (American Association for The Study of Liver Diseases) recommande généralement de tester les patients à risque de NASH*. Ces patients souffrent typiquement de diabète, d’obésité et de maladies cardiovasculaires, avec des facteurs de risque supplémentaires, tels que l’âge ou le groupe ethnique.

Les taux d’enzymes hépatiques étant normaux chez 60 % des patients atteints de la NASH, une biopsie du foie est nécessaire pour confirmer le diagnostic.

Une initiative soutenue par Inventiva a été lancée pour informer et sensibiliser le grand public à la NASH : The NASH Education Program.

Pour de plus amples informations sur la NASH et/ou pour trouver un groupe de soutien, veuillez consulter les sites web de l’American Liver Foundation et de l’European Liver Patients Association.

* Directives de pratiques cliniques de l’AASLD (American Association for The Study of Liver Diseases).

Lanifibranor – Notre Solution

Plusieurs études cliniques sont en cours pour évaluer différents traitements expérimentaux de la NASH. Parmi ceux-ci, le principal candidat médicament d’Inventiva développé pour le traitement de la NASH et de la SSc, lanifibranor, a le potentiel de se différencier.

Lanifibranor appartient à la classe des agonistes des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR), dont il active les trois isoformes α, δ et γ. Les PPAR sont des récepteurs nucléaires responsables de l’activation de certains gènes impliqués dans la régulation du métabolisme et des processus fibrotiques. Grâce à son mécanisme d’action, lanifibranor cible les principales caractéristiques clés de la NASH : l’inflammation, la stéatose, le ballonnement des cellules hépatiques, et, surtout, la fibrose. Cette possibilité de traiter la fibrose est cruciale parce que les patients souffrant de NASH accompagnée d’une fibrose importante sont exposés à un risque accru de cirrhose irréversible.2

Lanifibranor est évalué actuellement dans l’étude clinique de Phase IIb NATIVE, pour laquelle le recrutement des patients est en cours. Les principaux résultats sont attendus au premier semestre 2020.

Par ailleurs, le Dr Kenneth Cusi, Chef du Service d’Endocrinologie, Diabète & Métabolisme du Département de Médicine de l’Université de Floride à Gainesville, a choisi lanifibranor pour une étude clinique de Phase II dont il est à l’initiative et l’investigateur, pour évaluer son efficacité et sa sécurité sur les triglycérides intrahépatiques et sur la sensibilité hépatique à l’insuline chez des patients atteints de diabète de type 2 et de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD). Les résultats de cette étude sont attendus au premier semestre 2020. Pour regarder la vidéo de la présentation de l’étude par le Dr Cusi, Pierre Broqua, Directeur Scientifique et co-fondateur d’Inventiva, veuillez cliquer ici.

1. European Association for the Study of the Liver. « Non-Alcoholic Fatty Liver Disease, Steatohepatitis: NASH linked to 50% higher death rate compared with NAFLD. » ScienceDaily. ScienceDaily, 24 April 2015.

2. American Association for The Study of Liver Diseases practice guideline.