STÉATOHÉPATITE NON ALCOOLIQUE (NASH)

Français

QU’EST-CE QUE LA STÉATOHÉPATITE NON ALCOOLIQUE (NASH) ?

La stéatohépatite non alcoolique (NASH) est une maladie grave du foie qui touche 6% à 8 % des adultes dans les pays industrialisés occidentaux, tels que les États-Unis ou les pays d’Europe, et dont l’incidence est en augmentation dans de nombreuses autres régions du monde. Rien qu’aux États-Unis, plus de 30 millions d’adultes souffrent de NASH et plus de 14 millions d’adultes souffrent de NASH accompagnée de fibrose. Les enfants sont également de plus en plus touchés.

La stéatohépatite non alcoolique est liée au mode de vie. Une activité physique insuffisante ou absente, associée à un régime alimentaire riche en graisses saturées et en sucre, conduit dans un premier temps à un stockage excessif de graisse dans le foie (stéatose). Ce stade, appelé stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), est entièrement réversible. Cependant, si ce mode de vie persiste, la NAFLD peut évoluer vers la NASH, où l’accumulation de graisse initiale dans le foie s’accompagne d’inflammations, de lésions des cellules hépatiques (ballonnement) et de fibrose. Une étude publiée en 2015 analysant les dossiers médicaux de plus de 900.000 personnes au Royaume-Uni a montré que le taux de mortalité des patients souffrant de NASH est 50 % plus élevé que celui des patients souffrant de NAFLD*. Dans 40-50 % des cas, la NASH évolue vers une NASH avec fibrose. Après ce stade de fibrose, les lésions évoluent progressivement vers une cirrhose irréversible ou un cancer du foie, nécessitant une greffe du foie. 

Comme le diabète et l’obésité, la NASH est une des principales maladies métaboliques de notre société. Le diabète est pris en charge de manière assez satisfaisante par des médicaments, mais il n’existe pas de médicaments autorisés pour la NASH même si l’on sait que celle-ci peut évoluer vers une cirrhose hépatique, une greffe du foie, ou dans les cas les plus graves, un cancer du foie. Les seules mesures proposées actuellement aux patients sont une modification de leur mode de vie, un régime alimentaire plus sain et une augmentation de l’activité physique.

Le marché de la NASH pourrait atteindre une valeur de 35 à 40 milliards de dollars US.

* European Association for the Study of the Liver. Non-Alcoholic Fatty Liver Disease, Steatohepatitis: NASH linked to 50% higher death rate compared with NAFLD. ScienceDaily. ScienceDaily, 24 April 2015. 

LANIFIBRANOR – NOTRE SOLUTION

Plusieurs traitements expérimentaux de la NASH sont testés actuellement dans des études cliniques. Parmi ceux-ci, lanifibranor, le principal candidat-médicament d’Inventiva développé pour le traitement de la NASH et de la sclérodermie systémique (SSc), occupe une place unique.

Lanifibranor appartient à la classe des agonistes des récepteurs activés par les proliférateurs de peroxysomes (PPAR), dont il active les trois isoformes α, δ et γ. Les PPAR sont des récepteurs nucléaires responsables de l’activation de certains gènes impliqués dans la régulation du métabolisme et des processus fibrotiques. Grâce à son mécanisme d’action, lanifibranor cible toutes les caractéristiques clés de la NASH : l’inflammation, la stéatose, le ballonnement des cellules hépatiques, et, ce qui est particulièrement important, la fibrose. Cette possibilité de traiter la fibrose est cruciale parce que les patients souffrant de NASH accompagnée d’une fibrose importante sont exposés à un risque accru de cirrhose irréversible.*

Une étude clinique de Phase IIb sur lanifibranor appelée NATIVE est en cours et le recrutement des patients se poursuit. Les principaux résultats sont attendus pour la deuxième moitié de 2019. 

Par ailleurs, le Dr Kenneth Cusi, Chef du Service d’Endocrinologie, Diabète & Métabolisme du Département de Médicine de l’Université de Floride à Gainesville, a choisi lanifibranor pour une étude clinique de Phase II initiée par un investigateur, évaluant l’efficacité et la sécurité de lanifibranor sur les triglycérides intrahépatiques et sur la sensibilité hépatique à l’insuline chez des patients atteints de diabète de type 2 et de stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD). Le recrutement de cette étude devrait commencer au cours du deuxième semestre de 2018. Pour regarder et écouter l’enregistrement de la présentation de l’étude faite par le Dr Cusi, Pierre Broqua, Directeur Scientifique et co-fondateur d’Inventiva, et Jean-Louis Abitbol, Directeur Médical d’Inventiva, veuillez cliquer ici.

* American Association for The Study of Liver Diseases Practice Guideline

COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON LA STEATOHEPATITE NON ALCOOLIQUE (NASH) ?

La NASH étant une maladie silencieuse, de nombreux patients ne savent pas qu’ils en sont atteints. Ils ne ressentent aucune douleur, et leurs taux d’enzymes hépatiques ne sont pas nécessairement anormaux. Par conséquent, l’AASLD (American Association for The Study of Liver Diseases) recommande généralement de tester les patients présentant des facteurs de risque de NASH*, typiquement le diabète, l’obésité, et les maladies cardiovasculaires, associés à des facteurs de risque supplémentaires, tels que l’âge ou le groupe ethnique. 

Les taux d’enzymes hépatiques étant normaux chez 60 % des patients souffrant de NASH, une biopsie du foie est nécessaire pour diagnostiquer correctement la NASH. 

Une initiative soutenue par Inventiva a été lancée pour informer et sensibiliser le grand public à la NASH : The NASH Education Program.

Pour de plus amples informations sur la NASH et/ou pour trouver un groupe de soutien, veuillez consulter les sites web de l’American Liver Foundation et de l’European Liver Patients Association.

* American Association for The Study of Liver Diseases Practice Guideline.

QU’EST-CE QU’UNE BIOPSIE DU FOIE ?

La biopsie du foie est une procédure effectuée sous anesthésie locale dans un hôpital ou un centre de soins ambulatoires. La procédure complète prend quelques minutes et elle est généralement considérée comme étant sans danger. Une petite incision est effectuée dans la partie supérieure de l’abdomen et une aiguille fine est introduite dans le foie pour prélever une petite quantité de tissu hépatique. Le patient est gardé en observation pendant deux heures après la procédure et il peut ensuite rentrer chez lui. L’échantillon de foie est analysé dans un laboratoire pour rechercher d’éventuelles modifications de l’aspect du tissu typique de la NASH. Les spécialistes recherchent des signes de stéatose, d’inflammation, de lésions des cellules hépatiques, de fibrose, et de remodelage de l’architecture hépatique qui permettront de déterminer le stade et la gravité de la maladie. 

Il n’existe actuellement aucun test non invasif permettant de diagnostiquer la NASH de manière fiable.